La course à laquelle nous participons tous


Vanessa Friese Écrit par Vanessa Friese, spécialiste du marketing Groupe BD.


L’avenir de l’industrie du sport est dicté par l’importance accordée aux questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Les Jeux olympiques de Tokyo 2021 sont un exemple clé de cette transition. Les Jeux olympiques sont historiquement l’un des événements sportifs qui émettent le plus de combustibles fossiles. Cela s’explique principalement par le nombre de personnes qui y participent et y assistent. Pour réduire l’empreinte carbone des Jeux olympiques de Tokyo 2021, plusieurs initiatives ont été mises en place. Celles-ci comprennent un programme de compensation des émissions de carbone, des véhicules électriques, l’utilisation de matériaux recyclés, etc. La CCNUCC s’intéresse
également de près au sport et à la durabilité et a mis au point un programme intitulé « Le sport au service de l’action climatique« , qui vise à atteindre deux objectifs primordiaux :
1. établir une trajectoire claire pour la communauté sportive mondiale afin de lutter contre le changement climatique, par le biais d’engagements et de partenariats conformes à des normes vérifiées2
. Utiliser le sport comme un outil unificateur pour fédérer et créer une solidarité entre les citoyens du monde pour l’action climatique.

Les signataires de l’initiative « Le sport pour l’action climatique » des Nations unies ont inscrit l’action climatique à l’ordre du jour de l’industrie du sport en s’engageant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à atteindre l’objectif « zéro émission nette » et à défendre l’ambition d’atteindre 1,5°C.

Tous les sports sont invités à adopter les objectifs suivants :

  • Réduire les émissions de GES de 50 % d’ici à 2030 au plus tard. Un objectif à long terme pour atteindre des émissions nettes de GES nulles d’ici 2040.
  • Les objectifs doivent inclure les champs d’application 1, 2 et 3.
  • Le processus « Commit, Plan, Proceed and Report » entrera en vigueur en décembre 2021.

Les transports représentent 21 % des émissions mondiales de carbone. Le fait que la course automobile vienne d’un sport basé sur des voitures à moteur à combustion est donc un gros problème.

Mahindra Racing est la première équipe de Formule E, et le premier participant au championnat du monde de la FIA, à être certifié Net Zero Carbon footprint en novembre 2020 par ALLCOT Group. Mahindra Racing s’engage non seulement à repousser les limites de la technologie et de l’innovation sur le circuit, mais aussi à être un pionnier en matière de changement climatique et de durabilité. Par conséquent, ALLCOT Group est fier d’annoncer que cette année encore, nous travaillerons avec Mahindra Racing sur la mise en œuvre d’une stratégie ESG, qui étendra l’actuel bilan carbone net à une étude d’impact complète sur les ODD.

David Poveda