Le tourisme et l’environnement

Le tourisme emploie environ 255 millions de travailleurs dans le monde et représente environ 13 % des dépenses de consommation, la plus grande quantité après la nourriture. Cela est dû à l’amélioration de l’économie et, par conséquent, à l’augmentation des revenus et du temps de loisir, combinée à la baisse des tarifs aériens, qui a facilité le développement du secteur du tourisme. Mais cette évolution a des effets tant positifs que négatifs.

Les facteurs positifs comprennent la création d’emplois, l’augmentation des revenus économiques, permettant un plus grand investissement dans la protection des espaces naturels, évitant la migration de la population locale et élevant les niveaux économiques et culturels Socialisation de la population locale, commercialisation de produits, d’idées, d’habitudes et de styles de vie locaux Communication et sensibilisation à l’environnement des touristes et des résidents.

Le flux touristique contribue au changement climatique, aux pluies acides et à la formation d’ozone dans la troposphère en raison du transport aérien et routier, qui sont l’une des principales causes des émissions directes et indirectes de dioxyde de carbone, d’oxydes d’azote et d’autres polluants, ainsi qu’à la perte de biodiversité. Elle affecte des écosystèmes qui vont des côtes ravagées par des murs de béton aux montagnes qui accueillent des stations de ski ou sont envahies par des millions de touristes comme les Alpes.

Considérant que ce secteur est une source importante de consommation de ressources environnementales (eau, énergie, matières premières…), il n’est donc pas surprenant que des actions soient nécessaires pour réduire significativement son impact sur l’environnement. Les impacts sur l’environnement peuvent être minimisés par une bonne gestion et un contrôle des impacts sur l’environnement et un contrôle complet des réglementations environnementales.

Tourisme durable

Le concept de développement durable explique la relation étroite et inévitable entre les systèmes naturels et le développement. Il fait référence au processus itératif de modification de l’exploitation des ressources naturelles, de l’orientation des investissements et du progrès technologique, ainsi qu’aux changements institutionnels, afin de répondre aux besoins sociaux actuels et futurs. Ce concept ne fait pas référence à un état de stabilité et d’harmonie, mais à un processus dans lequel les conditions changent constamment.

Le développement touristique doit être durable à long terme, éthiquement et socialement équitable pour la communauté locale, et économiquement viable. Le tourisme est un phénomène de masse qui répond à des besoins réels et qui est créé, et en raison de l’augmentation des revenus et du temps de loisirs, ainsi que de l’augmentation du nombre de consommateurs, les bénéfices deviendront de plus en plus importants. Les sources de revenus et d’emplois sont essentielles et doivent être ciblées et réglementées afin de réduire les émissions mondiales.

(Émissions dues aux transports aériens et terrestres) et les émissions locales (perte de biodiversité, dégradation) et assurer leur durabilité.

L’engagement en faveur du développement durable est non seulement nécessaire mais aussi une grande opportunité et un pari sûr pour l’avenir.

Il existe trois approches du développement durable : environnementale, socioculturelle et économique. L’approche environnementale reflète la tendance au développement écologiquement durable, en se concentrant sur les conditions écologiques nécessaires au maintien de la vie humaine dans le futur. L’approche sociale est elle-même étroitement liée à l’approche économique, puisque les bénéfices de ce résultat économique sont distribués équitablement, tandis que l’économie et la société locales créent des emplois.

BAIA BELLA et l’environnement

BAIA BELLA est un club de plage écologique situé à Beaulieu-sur-Mer (France) qui utilise des matériaux d’origine locale. Il est respectueux de la nature et a mis en place des règles de conception et des processus de travail stricts pour s’assurer que la nature est préservée. Il intègre déjà des pratiques d’économie dans la consommation d’électricité et d’eau, une gestion efficace des déchets et quantifie son impact.

Dans ce contexte et engagée dans la lutte contre le changement climatique et sur la voie de la durabilité, BAIA BELLA, à travers son bilan carbone, pourra identifier et analyser son impact environnemental et social avec l’aide d’ALLCOT, son allié dans ce cadre. ALLCOT aidera BAIA BELLA à définir des actions concrètes pour rendre l’entreprise durable, en favorisant l’utilisation raisonnable des ressources naturelles et leur consommation.

L’empreinte carbone est une étape fondamentale pour BAIA BELLA pour connaître l’impact direct et indirect sur l’environnement et la société. Cela renforce sa stratégie commerciale vers un modèle économique durable et neutre en carbone, en accord avec les tendances actuelles du marché :

 -Renforcer sa position de leader dans le secteur du tourisme sur la voie de la durabilité.

– Respect des contraintes légales et futures.

– Promotion des bonnes pratiques en matière de durabilité et de bien-être physique et mental.

– Amélioration du positionnement, de la compétitivité et de l’impact médiatique.

           – Intégration active de toutes les parties prenantes dans les processus décisionnels.

La durabilité et la neutralité ne visent pas à éliminer les options du portefeuille de services de BAIA BELLA, mais plutôt à intégrer des stratégies efficaces de continuité et d’adaptation aux nouvelles demandes du marché.

Les résultats ont montré que BAIA BELLA est le premier Beach Club qui sera carbone négatif et qu’il anticipe les réglementations du nouveau gouvernement basées sur les engagements en matière de durabilité et de changement climatique.

ALLCOT-BAIABELLA

Communication ALLCOT