Secteur agricole

Les cultures ont besoin de terres, d’eau, de soleil et de la chaleur pour produire. Le réchauffement global a déjà impacté la durée de la saison de croissance dans la plupart du monde. Les périodes de floraison et de récolte des céréales sont été modifiées et les changements continueront pendant les prochaines années. En fonction de la croissance prévue de la population et avec les changements des habitudes alimentaires vers une plus grande consommation de viande, on estime que la demande globale d’aliments croîtra de 70% environ dans les prochaines décennies. L’agriculture est déjà un des secteurs économiques ayant un impact important dans la crise climatique.

Problème

La réduction de la quantité d’aliments n’offre pas de solution viable.Toute réduction des cultures de base pourrait mettre en danger la sécurité alimentaire du monde et élever les prix des aliments, de sorte qu’il soit plus difficile pour beaucoup de groupes de la population mondiale d’accéder à des aliments nutritifs et abordables. Pour cette raison, une action immédiate dans le secteur de l’agriculture est nécessaire qui garantisse une production durable d’aliments à long terme.

 

Actuellement ALLCOT travaille dans le secteur de l’élevage d’une manière innovante. Il s’agit d’atténuer les émissions produites dans la fermentation entérique des ruminants. La plupart des initiatives d’atténuation d’émissions du secteur sont centrées dans le traitement des purines, toutefois, le potentiel de la réduction des émissions dans la digestion elle-même de l’animal possède un potentiel supérieur et par conséquent un impact positif à long terme.

 

L’industrie de l’élevage mondial est le plus grand producteur de GES après l’énergie et l’industrie et avant le secteur du transport. Il y a plus de 1,5 milliards de vaches sur la terre et, selon les dernières prévisions, il y aura 2,5 milliards de vaches à l’horizon 2050. Les vaches sont la plus grande source d’émissions de méthane dans le monde : une vache produit naturellement environ 500 litres de méthane par jour, ce qui équivaut en moyenne à 3-4 tonnes de CO2e par an (selon GWP100 = 25). Toutefois, le méthane a une vie utile plus courte et est 86 fois plus courte que le CO2 durant les 20 premières années. Par conséquent, en moyenne, une vache émet environ 12 tonnes de CO2 par an. Autrement dit, la vache moyenne produit plus CO2e par année qu’une automobile moyenne, ainsi toute initiative aura en la matière un impact très significatif qui nous aidera à atteindre l’objectif fixé dans l’Accord de Paris.

Nous contacter

Services de changement climatique