Secteur de l'Énergie

4.2 Selon l’Agence Européenne de l’Environnement, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté en 2009 à environ 4,6 milliards de tonnes au total. Pour limiter avec succès le réchauffement sur la planète, le monde a besoin avec urgence d’utiliser l’énergie de manière efficace, ainsi que de passer à des sources d’énergie propres, au détriment des combustibles fossiles pour produire de l’électricité ou de la chaleur.

Problème

Les combustibles fossiles représentent 80% de la demande actuelle en énergie primaire au niveau mondial et le système énergétique est la source approximativement de deux tiers des émissions globales de CO2. Si la tendance actuelle continue ou, en d’autres termes, si la proportion actuelle de combustibles fossiles se maintient, alos la demande énergétique doublera presque à l’horizon 2050, les émissions dépasseront de loin la quantité de carbone qui peut être émise dans le cas où on doit limiter l’augmentation moyenne de température au niveau mondial à 2 degrés.

 

ALLCOT utilise et développe des méthodologies de travail accréditées par les principales normes, spécialement, le Modèle de Développement Propre des Nations Unies, et « Verified Carbon Standard ». L’objectif de ces méthodologies est de déterminer le scénario de référence de production d’énergie (scénario conventionnelle, préalable à la mise en œuvre du projet de réduction d’émissions d’effet serre, qui consiste normalement en un mélange énergétique de produits nationaux avec un pourcentage d’utilisation de combustibles fossiles) et le comparer avec le scénario du projet (par exemple, génération d’énergie renouvelable au moyen ou d’un parc solaire ou une centrale hydroélectrique). Cette différence est le résultat des réductions d’émissions de CO2 générées par le projet et qui pourront être commercialisées.

 

Sans parler des bons de carbone ou des réductions d’émissions (tonnes de CO2 équivalentes), ces projets d’énergie renouvelable ou efficience énergétique génèrent d’importants bénéfices environnementaux, car ils encouragent les villes qui font usage d’un mélange énergétique plus propre, ce qui améliore la qualité de l’air et d’attirer les nouvelles technologies, qui, dans un autre cas de figure, ne seraient pas disponibles dans la zone du projet. En définitive, contribuer à la transition énergétique du pays.

Nous contacter

Services de changement climatique